Parfois les mots tombent de la bouche du poète
Sans l’ombre ni même l’idée d’un faux pli
Quant à nous pauvres pêcheurs
Il nous faut bien survivre
Avec nos phrases bancales
Et des cartons de bière
Pour les tenir debout

 

terre-a-ciel