On ne la recommence pas, on ne la refait pas, jamais.
Même si on a l’impression.
Ce sont seulement de nouveaux départs dans la vie qui continue.
Ça reste la même.
Parfois on a le droit de remélanger  les cartes, d’en distribuer des nouvelles.
Tout change autour, dedans, de soi.
Une succession de hasards si bien sertis les uns dans les autres que, justement, cela ne ressemble plus au hasard.
Le nouveau est source de renouveau, accompagné du familier pincement de l’inconnu.
Vivre.