Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

98 Dimanche

Parfois ce n’est pas seulement un chanteur qui meurt, ni même un vieil ami, c’est toute une époque, un univers.
On ne sait jamais trop si cet air de liberté qu’on fredonnait c’était la vie plus simple ou la jeunesse de nos artères.
Bien sûr, je pleure, tous les souvenirs remontent, je pose les bornes de ma mémoire. lire plus…

91 Dimanche

Souvent, je préfèrerais ne pas savoir, tous ces morts à pleurer.
Certains disent que le monde se délite, qu’il est devenu si violent.
Je crois que la seule différence est que maintenant nous savons.
Nous sommes noyés sous les avis de décès. lire plus…

90

Que dis-je exactement quand je dis « mot » ? Quand je dis « mot » je dis mer, je dis ciel, je dis vent et lumière. Je dis toute la lumière et la peau, je dis grève et le sable collé sous la plante des pieds. lire plus…

89

Au fond, c’est plus léger
sans dieu ni même métempsycose.

88

A la question du plus grand plaisir du printemps,
j’ai voté les pieds nus.

87

L’amour n’empêche pas les larmes,
mais il les sèche plus vite que son ombre.

86

Des moments dans la vie,
où c’est pleine lune tous les jours –
on n’est pas à l’abri de soi-même.

85

Ici aussi, son nom
Arnaud Beltrame

84 Dimanche

 

J’ai développé au cours des refus une profonde affection pour l’un des éditeurs qui n’éditent pas mes romans.
Il faut d’abord poser le contexte : ce roman sur lequel vous travaillez depuis une ou plusieurs années, que, certes, personne ne vous a commandé, et que vous envoyez à quelques éditeurs ciblés. lire plus…

83

Un pas sur la mélancolie des départs
Un œil sur le sursis de l’ailleurs

Entre les deux
Toute une vie lire plus…

82

20ème siècle, tout est relatif.
21ème siècle, tout est relié.

81

Assemblée générale dans la caravane,
les forces en présence,
le féminin de la force et de l’intuition,
rassurent et nourrissent
les rêves doux.

80

Le tour de l’hiver en 80 jours,
la nuit égale au jour –
l’année est comme nouvelle.

79

C’est tout nous,
ce printemps déclaré
aux plus belles heures de la journée,
et une partie du pays sous la neige.

78

– Tu n’es pas gentille avec moi !
– Ce n’est pas vrai, c’est injuste ce que tu dis.
– Tu vois !

77

Il m’arrive souvent de ne pas savoir quoi penser,
toujours surprise de croiser des opinions claires, fermes, et définitives.
Par exemple, l’un des sujets du moment, friandise des réseaux. lire plus…

76

La Fleur
Se façonne en tant de figures
Arbore tant de couleurs
Que je ne saurai
D’un seul regard
Capter ses apparences
Ni d’un souffle
Respirer ses parfums
lire plus…

75

Ces villes, ces lieux, que l’on ignorait,
qui maintenant font triste partie de notre vocabulaire.
Fukushima, Lampedusa, La Ghouta …

74

Il y en a plus d’un qui s’attellent à percer le secret de l’univers,
mais c’est toujours pareil,
un secret en cache un autre.

73

Chaque jour
un peu plus de lumière
dehors et dedans

72

Mon Parrain a rejoint la terre de nos ancêtres, 94 ans, joli score.
Curieux, intelligent, rude comme les hommes de l’époque.
Encore un visage de l’enfance qui déserte.

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

98 Dimanche

Parfois ce n’est pas seulement un chanteur qui meurt, ni même un vieil ami, c’est toute une époque, un univers.
On ne sait jamais trop si cet air de liberté qu’on fredonnait c’était la vie plus simple ou la jeunesse de nos artères.
Bien sûr, je pleure, tous les souvenirs remontent, je pose les bornes de ma mémoire. lire plus…

91 Dimanche

Souvent, je préfèrerais ne pas savoir, tous ces morts à pleurer.
Certains disent que le monde se délite, qu’il est devenu si violent.
Je crois que la seule différence est que maintenant nous savons.
Nous sommes noyés sous les avis de décès. lire plus…

90

Que dis-je exactement quand je dis « mot » ? Quand je dis « mot » je dis mer, je dis ciel, je dis vent et lumière. Je dis toute la lumière et la peau, je dis grève et le sable collé sous la plante des pieds. lire plus…

89

Au fond, c’est plus léger
sans dieu ni même métempsycose.

88

A la question du plus grand plaisir du printemps,
j’ai voté les pieds nus.

87

L’amour n’empêche pas les larmes,
mais il les sèche plus vite que son ombre.

86

Des moments dans la vie,
où c’est pleine lune tous les jours –
on n’est pas à l’abri de soi-même.

85

Ici aussi, son nom
Arnaud Beltrame

84 Dimanche

 

J’ai développé au cours des refus une profonde affection pour l’un des éditeurs qui n’éditent pas mes romans.
Il faut d’abord poser le contexte : ce roman sur lequel vous travaillez depuis une ou plusieurs années, que, certes, personne ne vous a commandé, et que vous envoyez à quelques éditeurs ciblés. lire plus…

83

Un pas sur la mélancolie des départs
Un œil sur le sursis de l’ailleurs

Entre les deux
Toute une vie lire plus…

82

20ème siècle, tout est relatif.
21ème siècle, tout est relié.

81

Assemblée générale dans la caravane,
les forces en présence,
le féminin de la force et de l’intuition,
rassurent et nourrissent
les rêves doux.

80

Le tour de l’hiver en 80 jours,
la nuit égale au jour –
l’année est comme nouvelle.

79

C’est tout nous,
ce printemps déclaré
aux plus belles heures de la journée,
et une partie du pays sous la neige.

78

– Tu n’es pas gentille avec moi !
– Ce n’est pas vrai, c’est injuste ce que tu dis.
– Tu vois !

77

Il m’arrive souvent de ne pas savoir quoi penser,
toujours surprise de croiser des opinions claires, fermes, et définitives.
Par exemple, l’un des sujets du moment, friandise des réseaux. lire plus…

76

La Fleur
Se façonne en tant de figures
Arbore tant de couleurs
Que je ne saurai
D’un seul regard
Capter ses apparences
Ni d’un souffle
Respirer ses parfums
lire plus…

75

Ces villes, ces lieux, que l’on ignorait,
qui maintenant font triste partie de notre vocabulaire.
Fukushima, Lampedusa, La Ghouta …

74

Il y en a plus d’un qui s’attellent à percer le secret de l’univers,
mais c’est toujours pareil,
un secret en cache un autre.

73

Chaque jour
un peu plus de lumière
dehors et dedans

72

Mon Parrain a rejoint la terre de nos ancêtres, 94 ans, joli score.
Curieux, intelligent, rude comme les hommes de l’époque.
Encore un visage de l’enfance qui déserte.