Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

265

L’automne de demain
est encore vert
la mauve encore fleurie
les papillons d’été

264

L’œil joueur,
il prend son verre
d’un geste ample,
le coude levé,
le sourire satisfait
d’un acteur italien.

263

Rester là
juste
regarder la mer

Quelques jours de vacance,
retour aux alentours de 262/265

257

Ne jamais se quitter fâchés,
dit l’ancienne,
on ne sait jamais.

256

On se croit tranquille,
puis un texte se dessine.
On ne sait pas trop ce que l’on espère,
qu’il s’en aille vite,
ou qu’il s’installe.

255

Aux premières lueurs de l’automne
le soleil mord encore la peau
les saisons se mélangent les pinceaux

254

Fillette,
L’amour interpelle, interroge, s’enquiert,
il pose beaucoup de questions.
S’épanouit dans les eaux claires

253

Pensez-vous que le soleil ne se lèvera pas,
si vous n’ajustez pas personnellement le réveil matin ?

(Tarot Osho)

252 Dimanche

Fillette,
Le proverbe dit qu’on ne te reprendra pas tout ce que tu as dansé.
On ne te reprendra pas non plus tout ce que tu as appris.

Je me souviens très bien comment cela a commencé.

Aux toilettes. lire plus…

251

Je trouve ta phrase sibylline ! Et même sept byllines !

(Zabou – Chez Jacques – 23h31)

250

# le métier

Quelqu’un dit qu’elle est diariste,
elle ne trouve pas le mot très magnifique.

Elle préfère celui connoté à la paysannerie,
et dépose l’annonce.

“Journalière cherche emploi dans les mots.”

249

Plusieurs jours que je vois
le même papillon
butiner la même fleur.

Pilier de bar.

248

Je voudrais vivre là
dans ce petit matin frais
ensoleillé
le côté gai de la force
qui entre dans les veines

Septembre est un mois doux

247

 

A la radio :
Un tableau vendu 450 millions de dollars

-Pourquoi ris-tu ?
-Que faire d’autre ? Pleurer ?
– …
-L’acheter ?

246

Avis de passage de l’automne
début d’embrasement
on allume plus tôt
mais c’est encore l’été

245

C’est la merde
C’était bien mieux avant
C’est de pire en pire
Mais où va-t-on ?

On va où on veut
où on peut
on va lire plus…

244

septembre

le corps balbutie
hors du lit

qu’ai-je oublié
en quittant le sommeil lire plus…

243

Déjà opère la magie
du pays du matin calme

242

Perdre parfois
d’autres fois retrouver
ou ne pas
La plupart du temps
finalement
tout est à sa place

241

BLEU
Quotidien / N°052

Faut du génie pour se lever, se laver, respirer dans l’métro, retenir son souffle devant les belles images, ajouter son nom sur la liste sans devenir fou.
Pour peindre ou écrire, faut de la chance.

lili frikh in Bleu

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

265

L’automne de demain
est encore vert
la mauve encore fleurie
les papillons d’été

264

L’œil joueur,
il prend son verre
d’un geste ample,
le coude levé,
le sourire satisfait
d’un acteur italien.

263

Rester là
juste
regarder la mer

Quelques jours de vacance,
retour aux alentours de 262/265

257

Ne jamais se quitter fâchés,
dit l’ancienne,
on ne sait jamais.

256

On se croit tranquille,
puis un texte se dessine.
On ne sait pas trop ce que l’on espère,
qu’il s’en aille vite,
ou qu’il s’installe.

255

Aux premières lueurs de l’automne
le soleil mord encore la peau
les saisons se mélangent les pinceaux

254

Fillette,
L’amour interpelle, interroge, s’enquiert,
il pose beaucoup de questions.
S’épanouit dans les eaux claires

253

Pensez-vous que le soleil ne se lèvera pas,
si vous n’ajustez pas personnellement le réveil matin ?

(Tarot Osho)

252 Dimanche

Fillette,
Le proverbe dit qu’on ne te reprendra pas tout ce que tu as dansé.
On ne te reprendra pas non plus tout ce que tu as appris.

Je me souviens très bien comment cela a commencé.

Aux toilettes. lire plus…

251

Je trouve ta phrase sibylline ! Et même sept byllines !

(Zabou – Chez Jacques – 23h31)

250

# le métier

Quelqu’un dit qu’elle est diariste,
elle ne trouve pas le mot très magnifique.

Elle préfère celui connoté à la paysannerie,
et dépose l’annonce.

“Journalière cherche emploi dans les mots.”

249

Plusieurs jours que je vois
le même papillon
butiner la même fleur.

Pilier de bar.

248

Je voudrais vivre là
dans ce petit matin frais
ensoleillé
le côté gai de la force
qui entre dans les veines

Septembre est un mois doux

247

 

A la radio :
Un tableau vendu 450 millions de dollars

-Pourquoi ris-tu ?
-Que faire d’autre ? Pleurer ?
– …
-L’acheter ?

246

Avis de passage de l’automne
début d’embrasement
on allume plus tôt
mais c’est encore l’été

245

C’est la merde
C’était bien mieux avant
C’est de pire en pire
Mais où va-t-on ?

On va où on veut
où on peut
on va lire plus…

244

septembre

le corps balbutie
hors du lit

qu’ai-je oublié
en quittant le sommeil lire plus…

243

Déjà opère la magie
du pays du matin calme

242

Perdre parfois
d’autres fois retrouver
ou ne pas
La plupart du temps
finalement
tout est à sa place

241

BLEU
Quotidien / N°052

Faut du génie pour se lever, se laver, respirer dans l’métro, retenir son souffle devant les belles images, ajouter son nom sur la liste sans devenir fou.
Pour peindre ou écrire, faut de la chance.

lili frikh in Bleu