Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

34 Dimanche

Précédemment

Marquer le pas

Il faut tout redécouvrir, réapprendre à être soi avec un autre, partager. On est vite forgée lorsqu’on vit seule, on s’habitue à tout gérer soi-même, y compris les émotions. Et elles ne manquent pas. La nouveauté est d’en parler. On sait bien que lorsqu’on les nomme, les raconte, les émotions prennent avec les mots une autre réalité ; elles s’incarnent mais aussi perdent beaucoup de leur pouvoir de submersion. En pratique, ce sont de longues discussions avec Weber où j’en apprends encore des belles sur moi-même. lire plus…

33

Avant la cendre
Il y aura eu la pesée des bûches dans l’âtre
Le tango nu des flammes à talons ardents
L’ondoiement vif du rouge entre les plis
Des crépitements tendres
Des feulements souples
Et l’abandon hypnotique du bois
A sa chute moelleuse…
Destin de fumées, de poussière et d’écorces
Douceur du gris
Des cendres
Tout
Consumé

[Céline Escouteloup in Recours au poème]

31

Où j’apprends que le point de l’écriture inclusive
– bienvenue à toi•e dans le nouveau monde,
s’appelle le point médian.
C’est bien trouvé lire plus…

28

Je suis triste.
Il m’avait écrit une belle lettre à la sortie de mon premier roman,
il avait signé en disant qu’il était aussi écrivain –
comme si je ne le connaissais pas (j’avais lu à peu près tous ses livres). lire plus…

27 Dimanche

Précédemment

Revenir sur ses pas

Tout le monde sait que l’on est soi-même son pire ennemi.
Je me rends bien compte que je regimbe à l’inéluctable, cela n’empêche.
Je cafouille, je me perds dans la contradiction de mes sentiments. Je ne sais plus qui je suis, à cause de cet autre qui entre dans ma vie et, pas besoin d’être devin, toute la place qu’il va prendre. lire plus…

Précédemment

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

34 Dimanche

Précédemment

Marquer le pas

Il faut tout redécouvrir, réapprendre à être soi avec un autre, partager. On est vite forgée lorsqu’on vit seule, on s’habitue à tout gérer soi-même, y compris les émotions. Et elles ne manquent pas. La nouveauté est d’en parler. On sait bien que lorsqu’on les nomme, les raconte, les émotions prennent avec les mots une autre réalité ; elles s’incarnent mais aussi perdent beaucoup de leur pouvoir de submersion. En pratique, ce sont de longues discussions avec Weber où j’en apprends encore des belles sur moi-même. lire plus…

33

Avant la cendre
Il y aura eu la pesée des bûches dans l’âtre
Le tango nu des flammes à talons ardents
L’ondoiement vif du rouge entre les plis
Des crépitements tendres
Des feulements souples
Et l’abandon hypnotique du bois
A sa chute moelleuse…
Destin de fumées, de poussière et d’écorces
Douceur du gris
Des cendres
Tout
Consumé

[Céline Escouteloup in Recours au poème]

32

Ecouter l’album posthume de Bashung
frissonner jusqu’aux abysses de l’âme

31

Où j’apprends que le point de l’écriture inclusive
– bienvenue à toi•e dans le nouveau monde,
s’appelle le point médian.
C’est bien trouvé lire plus…

28

Je suis triste.
Il m’avait écrit une belle lettre à la sortie de mon premier roman,
il avait signé en disant qu’il était aussi écrivain –
comme si je ne le connaissais pas (j’avais lu à peu près tous ses livres). lire plus…

27 Dimanche

Précédemment

Revenir sur ses pas

Tout le monde sait que l’on est soi-même son pire ennemi.
Je me rends bien compte que je regimbe à l’inéluctable, cela n’empêche.
Je cafouille, je me perds dans la contradiction de mes sentiments. Je ne sais plus qui je suis, à cause de cet autre qui entre dans ma vie et, pas besoin d’être devin, toute la place qu’il va prendre. lire plus…

Précédemment

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

34 Dimanche

Précédemment

Marquer le pas

Il faut tout redécouvrir, réapprendre à être soi avec un autre, partager. On est vite forgée lorsqu’on vit seule, on s’habitue à tout gérer soi-même, y compris les émotions. Et elles ne manquent pas. La nouveauté est d’en parler. On sait bien que lorsqu’on les nomme, les raconte, les émotions prennent avec les mots une autre réalité ; elles s’incarnent mais aussi perdent beaucoup de leur pouvoir de submersion. En pratique, ce sont de longues discussions avec Weber où j’en apprends encore des belles sur moi-même. lire plus…

33

Avant la cendre
Il y aura eu la pesée des bûches dans l’âtre
Le tango nu des flammes à talons ardents
L’ondoiement vif du rouge entre les plis
Des crépitements tendres
Des feulements souples
Et l’abandon hypnotique du bois
A sa chute moelleuse…
Destin de fumées, de poussière et d’écorces
Douceur du gris
Des cendres
Tout
Consumé

[Céline Escouteloup in Recours au poème]

32

Ecouter l’album posthume de Bashung
frissonner jusqu’aux abysses de l’âme

31

Où j’apprends que le point de l’écriture inclusive
– bienvenue à toi•e dans le nouveau monde,
s’appelle le point médian.
C’est bien trouvé lire plus…

28

Je suis triste.
Il m’avait écrit une belle lettre à la sortie de mon premier roman,
il avait signé en disant qu’il était aussi écrivain –
comme si je ne le connaissais pas (j’avais lu à peu près tous ses livres). lire plus…

27 Dimanche

Précédemment

Revenir sur ses pas

Tout le monde sait que l’on est soi-même son pire ennemi.
Je me rends bien compte que je regimbe à l’inéluctable, cela n’empêche.
Je cafouille, je me perds dans la contradiction de mes sentiments. Je ne sais plus qui je suis, à cause de cet autre qui entre dans ma vie et, pas besoin d’être devin, toute la place qu’il va prendre. lire plus…

Précédemment