Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

57

On empile les couches de laine sur la peau,
Sibériens des forêts –
slaves, vaillants, et romanesques,
surfeurs de glace sur la vague de froid.

56

Lorsque tu prendras la parole
dis leur bien
ne leur fais pas de mal
ne cache rien
les secrets s’ils ne sont pas heureux
mangent toute la beauté
qui passe à leur portée lire plus…

51

Comme si l’hiver
par grand vent
voulait déloger le printemps –
un pied sur le territoire

50

Un Italien c’est un Français exalté !

(Bingo – Fin du déjeuner dominical – 19h33)

49 Dimanche

Je ne fais rien mais je ne m’y fais pas.
C’était terrible à Paname, ces tentes sur le trottoir glacial.
Cette jeune femme dans son sac de couchage.
Ce vieil homme installé au milieu, sa bouteille, sa radio.
Ce type ramassant tous les cartons qu’il peut. lire plus…

47

Le jeune homme assis à côté de moi dans le train,
choisit, commande, et paye sur son téléphone.
Puis il va chercher sa commande à la voiture bar,
revient avec son sandwich cinq minutes plus tard.

Il m’étonne encore – ce présent futuriste.

(Je me demande si on peut se faire livrer)

46

Faut pas embêter les ornithorynques !
(collectif – 3h41)
(Ils ont des aiguillons venimeux (Le savais-tu ?))

45

Evoquer Bobby Lapointe entre deux pina colada,
chercher un tuto pour faire un émoticône pomme de terre,
inventer le hashtag touche pas à mon porc –
rire ensemble est le présent du temps

44

Ni juge, ni soumise
(Jean Libon, Yves Hinant)
Impossible d’en sortir indemne

43

Lever de soleil sur les immeubles pâles,
premiers gyrophares –
les lumières de la ville.

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Précédemment

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

297

Tout âge peut connaître le parfum,
suave – pour peu qu’il reste effluve,
de la nostalgie.

296

Les coups de feu
les aboiements
le cri de l’animal
et puis sa longue plainte
Le goût de l’aube

295

Après la grande communion,
nous avions tous une montre.
Le cadran tourné à l’intérieur du poignet
signifiait que l’on était amoureux.
C’était souvent une façon de le dire à l’intéressé-e.
Si ça tournait bien,
on échangeait nos gourmettes avec nos prénoms gravés.

294 Dimanche

Vous vous rendez compte que les enfants nés aujourd’hui ont toutes les chances de connaître le 22ème siècle ?…,
lance Mario juste avant le dessert.
Tous, autour de la table, en restent coi. lire plus…

293

Nous essayons tous d’expliquer en mettant à distance l’Holocauste, Abou Ghraib ou le massacre de Sabra, niant le fait que nous pourrions un jour commettre quelque chose d’aussi horrible. lire plus…

292

Entendre par surprise une chanson de Brigitte Fontaine au milieu de l’après-midi.
La diablesse vous propulse à des années lumière de là où vous pensiez être.

Précédemment

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

297

Tout âge peut connaître le parfum,
suave – pour peu qu’il reste effluve,
de la nostalgie.

296

Les coups de feu
les aboiements
le cri de l’animal
et puis sa longue plainte
Le goût de l’aube

295

Après la grande communion,
nous avions tous une montre.
Le cadran tourné à l’intérieur du poignet
signifiait que l’on était amoureux.
C’était souvent une façon de le dire à l’intéressé-e.
Si ça tournait bien,
on échangeait nos gourmettes avec nos prénoms gravés.

294 Dimanche

Vous vous rendez compte que les enfants nés aujourd’hui ont toutes les chances de connaître le 22ème siècle ?…,
lance Mario juste avant le dessert.
Tous, autour de la table, en restent coi. lire plus…

293

Nous essayons tous d’expliquer en mettant à distance l’Holocauste, Abou Ghraib ou le massacre de Sabra, niant le fait que nous pourrions un jour commettre quelque chose d’aussi horrible. lire plus…

292

Entendre par surprise une chanson de Brigitte Fontaine au milieu de l’après-midi.
La diablesse vous propulse à des années lumière de là où vous pensiez être.

Précédemment