Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

de saison

Les jours de l’automne
tombent vivants sous le charme
d’or de jade ombrés

Les tournis de la vie (3)

Deux fois en quelques jours un chat siamois vient me voir
comme s’il avait un message
c’est le chat de l’enfance
sous bien des aspects
errant dans les mystères du temps

Des fois, même quand on n’en a pas
on sait que les nouvelles sont bonnes

Bienvenue ma glorieuse aventurière

Non, les jours ne se ressemblent pas
sinon cela ne ferait pas une vie
c’est toujours extraordinaire une vie
et certains jours plus que d’autres

Gilbert Cram

Murmures dans l’oreillette

Mais si un tableau se fraie vraiment un chemin jusqu’à ton cœur et change ta façon de voir, de penser et de ressentir, tu ne dis pas « oh, j’adore cette œuvre parce qu’elle est universelle », « j’adore cette œuvre parce qu’elle parle à toute l’humanité ». Ce n’est pas la raison qui fait aimer une œuvre d’art. C’est plutôt un chuchotement secret provenant d’une ruelle. « Psst, toi. Hé gamin. Oui toi. »

[Donna Tartt in Le chardonneret – Editions Pocket]

Au comptoir

Le problème quand tu fais rien c’est que tu ne sais jamais quand t’as fini…
[Jacques 19h45]

Fragment hôtelier 10

Si étrange le cerveau.
La première chose à faire en arrivant est de vérifier les chambres
convoquer l’œil de lynx
Rien ne doit manquer
tout être dans l’absolu de la propreté
Dans les chambres des clients qui vont arriver
mais aussi dans celles de ceux qui sont là
depuis un jour, deux, ou plus
ceux qui ont étalé leurs affaires
ici chez eux
Mon entrée est une effraction
Mais l’œil de lynx
de cet étrange cerveau
ne voit rien de ce qui leur appartient
Il repère le cil dans la douche
ne saurait dire le nombre de brosses à dents
ni ce qui pend au porte serviette
détecte le faux pli du cache sommier
mais ne sait pas la couleur de la robe
qui traîne sur la chaise lire plus…

Témoin

Dans mon éducation
la découverte du corps
était un crime

*

(Via Gratianne :-))

  • A l’attention des jeunes générations. Nous fermons les yeux, mais à la deuxième personne de l’impératif présent, le verbe envoyer s’écrit ENVOIE

Je comprends mieux

Le type à la radio m’explique
Nous les humains sommes dotés d’un
biais de négativité
qui nous fait focaliser et nous souvenir
des choses et évènements négatifs
des dangers
une histoire de survie
animale
Et si l’humanité c’était s’en libérer ?

Pour dire

Quand le futur sera présent
de ce que j’en sais
et quoiqu’il soit prévu
on sera de toute façon surpris lire plus…

Fragment hôtelier 9

Sur le chemin de sa promenade
la petite fille a cueilli des fleurs
pour la dame de l’hôtel
Je fonds

Murmures dans l’oreillette

Nous sommes une goutte insignifiante
Contre les incendies de haines et les contradictions,
Les colères, les impatiences.
Une goutte contre les cris et les violences,
Les tristesses, les alarmes, les désespoirs,
Les famines de l’âme, les pauvretés de cœur et les phobies du noir.
Une goutte contre les soifs de reconnaissance
Les impuissances amères, les douleurs perforantes.
Une goutte imperceptible
Dans le chaos universel.
Mais une goutte nécessaire.

[Flore Naudin in Confins – Editions du Rioumard]

Au comptoir

– Vous en êtes où ?
– On avance…
– Masqués…

Les choses qu’on se dit

Tout à coup me sautent aux yeux les objets posés sur le bureau devant moi.
Le téléphone avec lequel je discute les yeux dans les yeux avec mon fils à Séoul, ou ceux de Marseille, ou ma copine dans la Creuse, avec cet outil je fais aussi des virements d’argent qui mettent dix secondes à se retrouver sur le compte du destinataire, c’est également à lui que je demande tous les noms que j’oublie.
A côté c’est la liseuse, une bibliothèque mondiale dans quelques centimètres carrés, de l’autre côté une cigarette électronique, et puis un masque en papier, bleu et blanc. lire plus…

Fragment hôtelier 8

Quand on marche depuis un bon bout de temps sur cette terre, on a rencontré pléthore d’individus et, à force, tout le monde vous rappelle un peu quelqu’un.
C’est ainsi qu’en ce moment à l’hôtel logent mon ancienne esthéticienne à la chambre 26, le cantonnier de Cucuron à la 21, Hervé Le Tellier à la 34, ma copine Marie-Christine du CM2 à la 30, un copain clown à la 12, …

Rendez-vous

Dimanche , le 30 du mois doux 2020, à 18h dans le cadre du festival  Un regain de poésie,

je serai à la librairie Regain de Reillanne pour lire et parler de poésie, de quadrature et d’éphémère…

et certainement de Boucherie littéraire 🙂

A la fois avec et sans masque

 

Murmures dans l’oreillette

J’aime et je redoute à la fois l’idée qu’il existe une ligne d’ombre. Une frontière invisible qu’on passe, vers le milieu de la vie, au-delà de laquelle on ne devient plus : simplement on est.

[Sylvain Prudhomme in Par les routes – Editions Gallimard]

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

entre nous

L’amour est facile
le temps est son ami cher
contents de se voir

Un jour ou l’autre

on choisit son camp
plusieurs fois sur le parcours on se le dit
moi je suis de ce côté là
cela fait toujours
quelques questions en moins
à se poser
Pour l’instant

de nuit

La lune dans l’arbre
un écho de jeune fille
éternel sourire

Fragment hôtelier 11

L’autre jour c’était mariage à l’hôtel
fleurs, traiteur, belle blonde dans robe blanche
les gars en costume
quelque chose d’heureux soufflait avec le mistral
chacun s’y est réchauffé

Haut les cœurs

3 choses auxquelles il est préférable que je ne pense pas

Un autre hiver dans la caravane
les difficultés en général
la bêtise en train de gagner le monde

3 choses auxquelles je fais bien de penser

La beauté du matin calme
le côté de l’amour
l’aventure de l’humanité

Quand on y pense

Parfois la vie ressemble à un meuble Ikea
faut juste s’y mettre

Rendez-vous

Le samedi 3 octobre à Saint-Ambroix (Gard)

je lirai et animerai un atelier d’écriture, on s’y retrouve ?

Détails par ICI

 

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

entre nous

L’amour est facile
le temps est son ami cher
contents de se voir

Un jour ou l’autre

on choisit son camp
plusieurs fois sur le parcours on se le dit
moi je suis de ce côté là
cela fait toujours
quelques questions en moins
à se poser
Pour l’instant

de nuit

La lune dans l’arbre
un écho de jeune fille
éternel sourire

Fragment hôtelier 11

L’autre jour c’était mariage à l’hôtel
fleurs, traiteur, belle blonde dans robe blanche
les gars en costume
quelque chose d’heureux soufflait avec le mistral
chacun s’y est réchauffé

Haut les cœurs

3 choses auxquelles il est préférable que je ne pense pas

Un autre hiver dans la caravane
les difficultés en général
la bêtise en train de gagner le monde

3 choses auxquelles je fais bien de penser

La beauté du matin calme
le côté de l’amour
l’aventure de l’humanité

Quand on y pense

Parfois la vie ressemble à un meuble Ikea
faut juste s’y mettre

Rendez-vous

Le samedi 3 octobre à Saint-Ambroix (Gard)

je lirai et animerai un atelier d’écriture, on s’y retrouve ?

Détails par ICI