Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

77

Il m’arrive souvent de ne pas savoir quoi penser,
toujours surprise de croiser des opinions claires, fermes, et définitives.
Par exemple, l’un des sujets du moment, friandise des réseaux. lire plus…

76

La Fleur
Se façonne en tant de figures
Arbore tant de couleurs
Que je ne saurai
D’un seul regard
Capter ses apparences
Ni d’un souffle
Respirer ses parfums
lire plus…

75

Ces villes, ces lieux, que l’on ignorait,
qui maintenant font triste partie de notre vocabulaire.
Fukushima, Lampedusa, La Ghouta …

74

Il y en a plus d’un qui s’attellent à percer le secret de l’univers,
mais c’est toujours pareil,
un secret en cache un autre.

72

Mon Parrain a rejoint la terre de nos ancêtres, 94 ans, joli score.
Curieux, intelligent, rude comme les hommes de l’époque.
Encore un visage de l’enfance qui déserte.

70 Dimanche

Le temps nous ment et nous manque,
traitons le avec désinvolture.
J’ai parfois l’impression de passer ma vie dans un sas de décontamination entre l’ancien et le nouveau.
Le monde est très indépendant de notre volonté. lire plus…

69

je suis aussi
cette femme sauvage
l’épouse d’humeur terreuse
trempée de ciel
aux doigts racines
aux jambes ailées
agitée de geysers
et de séismes
lire plus…

65

Se demander où vont la nuit
trottinant
en ribambelle
sur le bord des routes du Royaume
les sangliers ?

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Précédemment

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

281

Tara Fares
Victoria Marinova
et les autres
blessures sans fin
dans la chair de toutes

280 Dimanche

Le premier pas

C’est toujours la même histoire, le plus dur est de prendre la décision, ensuite c’est facile, il suffit de suivre le mouvement. Étape par étape.
Elle n’est jamais simple à prendre, on examine les arguments, on passe par plusieurs stades, on balance d’un côté puis de l’autre, on tente même la fuite.
On sait pourtant que la plupart du temps poser la question est déjà y répondre. lire plus…

279

Sou um guardador de rebanhos

Je suis un gardien de troupeaux.
Le troupeau ce sont mes pensées.
Et mes pensées sont toutes des sensations.
Je pense avec mes yeux et avec mes oreilles
Et avec mes mains et mes pieds
Et avec mon nez et ma bouche.
Penser une fleur c’est la voir et la sentir
Et manger un fruit c’est en saisir le sens. lire plus…

278

On est encore pieds-nus
mais ce n’est qu’une question de jours
la nuit gagne du terrain

Précédemment

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

281

Tara Fares
Victoria Marinova
et les autres
blessures sans fin
dans la chair de toutes

280 Dimanche

Le premier pas

C’est toujours la même histoire, le plus dur est de prendre la décision, ensuite c’est facile, il suffit de suivre le mouvement. Étape par étape.
Elle n’est jamais simple à prendre, on examine les arguments, on passe par plusieurs stades, on balance d’un côté puis de l’autre, on tente même la fuite.
On sait pourtant que la plupart du temps poser la question est déjà y répondre. lire plus…

279

Sou um guardador de rebanhos

Je suis un gardien de troupeaux.
Le troupeau ce sont mes pensées.
Et mes pensées sont toutes des sensations.
Je pense avec mes yeux et avec mes oreilles
Et avec mes mains et mes pieds
Et avec mon nez et ma bouche.
Penser une fleur c’est la voir et la sentir
Et manger un fruit c’est en saisir le sens. lire plus…

278

On est encore pieds-nus
mais ce n’est qu’une question de jours
la nuit gagne du terrain

Précédemment