Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

Haïku cyclique

La lune brasille
presque soleil dans la nuit
pleine sur la plaine

Murmures dans l’oreillette

Cette résonance au profond de la poitrine
et qui se propage jusque dans la moelle des os,
tels les cercles excentriques
d’une pierre lancée à la surface des eaux mortes, lire plus…

De givre

Au premier réveil
dénicher un poème
dans l’aube glacée

En ces temps

Le monde ne ressemblait plus à rien
ils n’avaient pas encore trouvés
les nouveaux rêves

Ou pas

On finit toujours
par sortir de l’auberge

Pas pareils

Tout peut être effrayant
ou peut-être différent
toute chose non égale par ailleurs
là où l’un voit
les jours se rétrécir
cet autre y vivra
ses douces nuits plus longues

Ambiance

Comme s’il n’y avait rien à faire d’autre
que de trouver sur qui rejeter la faute.

Comptine 2020

Record mondial
de fils sur la toile
de conjonctures inédites
cette année d’allure confite
du printemps dans l’automne
ne ressemble à personne

Via Gratianne 😉

A la une

L’éclat de rire au téléphone
d’une femme à la peau sombre
fait le tour de la planète

La planète soulagée

Soulagée de ce type qui ne vaut pas grand-chose
et boude dans son coin
loin de la foule en liesse

loin de toutes les petites filles à la peau sombre
dont la route s’allège
dans un éclat de rire

Murmures dans l’oreillette

Il nous semble aujourd’hui que le mariage est quelque chose de trop sérieux pour le confier à des jeunes gens. Ce devrait être un aboutissement, vous ne croyez pas ? Un but à atteindre, un idéal. Pour y parvenir, il faudrait toutes les ressources de la maturité, toutes les leçons de l’expérience et le temps surtout, le temps pour rencontrer la bonne personne et la reconnaître…

[Jean-Christohe Rufin in Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla]

Fragment confit 3 – saison 2

Sur le chemin de la balade règlementaire
aux lueurs du coucher
les cerisiers rouges
les vignes jaunes
et le vert qui reste
comme un reggae
sous un ciel d’or
nos battements de cœur

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

Haïku cyclique

La lune brasille
presque soleil dans la nuit
pleine sur la plaine

Murmures dans l’oreillette

Cette résonance au profond de la poitrine
et qui se propage jusque dans la moelle des os,
tels les cercles excentriques
d’une pierre lancée à la surface des eaux mortes, lire plus…

De givre

Au premier réveil
dénicher un poème
dans l’aube glacée

En ces temps

Le monde ne ressemblait plus à rien
ils n’avaient pas encore trouvés
les nouveaux rêves

Ou pas

On finit toujours
par sortir de l’auberge

Pas pareils

Tout peut être effrayant
ou peut-être différent
toute chose non égale par ailleurs
là où l’un voit
les jours se rétrécir
cet autre y vivra
ses douces nuits plus longues

Ambiance

Comme s’il n’y avait rien à faire d’autre
que de trouver sur qui rejeter la faute.

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

Haïku cyclique

La lune brasille
presque soleil dans la nuit
pleine sur la plaine

Murmures dans l’oreillette

Cette résonance au profond de la poitrine
et qui se propage jusque dans la moelle des os,
tels les cercles excentriques
d’une pierre lancée à la surface des eaux mortes, lire plus…

De givre

Au premier réveil
dénicher un poème
dans l’aube glacée

En ces temps

Le monde ne ressemblait plus à rien
ils n’avaient pas encore trouvés
les nouveaux rêves

Ou pas

On finit toujours
par sortir de l’auberge

Pas pareils

Tout peut être effrayant
ou peut-être différent
toute chose non égale par ailleurs
là où l’un voit
les jours se rétrécir
cet autre y vivra
ses douces nuits plus longues

Ambiance

Comme s’il n’y avait rien à faire d’autre
que de trouver sur qui rejeter la faute.