Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

Bonheur sur l’Univers

Nous sommes des cercles
aux centres mouvants
parfois projetés sous la lumière
d’un nouveau soleil
tombé du ciel

Murmures dans l’oreillette

Il faut, si l’on veut vivre, renoncer à avoir une idée nette de quoi que ce soit. L’humanité est ainsi, il ne s’agit pas de la changer, mais de la connaître.
[Gustave Flaubert]

Point santé

Laisser à la porte
les horreurs du monde
le temps de reprendre son souffle

Tout m’attendrit

les gestes d’un vieillard, d’une petite fille, d’un père, d’un chat
les parfums de l’automne, de toutes les saisons, d’un mets du soir, d’une jeune femme
tout m’attendrit
les mots nouveaux, les mots choisis, les poésies, les images douces, les ciels à toute heure
l’oiseau, le blues, les chansons d’amour
tout m’attendrit
toi, aussi

Au jour le jour

Ciel mordoré
petit matin de belle journée

Dans l’avion qui traverse le ciel
peut-être une famille rentre chez elle

En passant

L’époque chamboule même les proverbes
Il ne s’agit plus d’être heureux parce que nous sommes cachés
c’est comme s’il fallait se cacher parce que nous sommes heureux

Gilbert Cram

Murmures dans l’oreillette

Il faut enfin guérir d’être femme. Non pas d’être née femme, mais d’avoir été élevée femme dans un univers d’homme, d’avoir vécu chaque étape et chaque acte de notre vie avec les yeux des hommes, selon les critères des hommes. Et ce n’est pas en continuant à lire les livres des hommes, à écouter ce qu’ils disent en notre nom ou pour notre bien depuis tant de siècles que nous pourrons guérir.

[Benoîte Groult in Ainsi soit-elle]

Gilbert Cram

Murmures dans l’oreillette

La foi était la mort de la raison. Elle reposait sur l’allégeance aveugle, sans pensée, avec uniquement une croyance incontestable. La nature même de la foi semblait l’irrationalité, et pour institutionnaliser la foi, l’homme avait créé la religion, qui restait l’une des plus anciennes et plus puissantes conspirations jamais inventées

[Steve Berry in Le dernier secret du Vatican – Editions Pocket]

Je suis sur deux versants
une partie de moi descend
– c’est la faute à Newton
l’autre s’élève autrement
– c’est la faute au vivant

[in Sourire en dedans – Inédit]

Si on veut

Tu n’as pas refait et ne referas pas le monde, gamine,
grandir c’est faire avec

entre nous

L’amour est facile
le temps est son ami cher
contents de se voir

Un jour ou l’autre

on choisit son camp
plusieurs fois sur le parcours on se le dit
moi je suis de ce côté là
cela fait toujours
quelques questions en moins
à se poser
Pour l’instant

de nuit

La lune dans l’arbre
un écho de jeune fille
éternel sourire

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

Bonheur sur l’Univers

Nous sommes des cercles
aux centres mouvants
parfois projetés sous la lumière
d’un nouveau soleil
tombé du ciel

Murmures dans l’oreillette

Il faut, si l’on veut vivre, renoncer à avoir une idée nette de quoi que ce soit. L’humanité est ainsi, il ne s’agit pas de la changer, mais de la connaître.
[Gustave Flaubert]

Point santé

Laisser à la porte
les horreurs du monde
le temps de reprendre son souffle

Tout m’attendrit

les gestes d’un vieillard, d’une petite fille, d’un père, d’un chat
les parfums de l’automne, de toutes les saisons, d’un mets du soir, d’une jeune femme
tout m’attendrit
les mots nouveaux, les mots choisis, les poésies, les images douces, les ciels à toute heure
l’oiseau, le blues, les chansons d’amour
tout m’attendrit
toi, aussi

Au jour le jour

Ciel mordoré
petit matin de belle journée

Dans l’avion qui traverse le ciel
peut-être une famille rentre chez elle

En passant

L’époque chamboule même les proverbes
Il ne s’agit plus d’être heureux parce que nous sommes cachés
c’est comme s’il fallait se cacher parce que nous sommes heureux

Gilbert Cram

Murmures dans l’oreillette

Il faut enfin guérir d’être femme. Non pas d’être née femme, mais d’avoir été élevée femme dans un univers d’homme, d’avoir vécu chaque étape et chaque acte de notre vie avec les yeux des hommes, selon les critères des hommes. Et ce n’est pas en continuant à lire les livres des hommes, à écouter ce qu’ils disent en notre nom ou pour notre bien depuis tant de siècles que nous pourrons guérir.

[Benoîte Groult in Ainsi soit-elle]

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

Bonheur sur l’Univers

Nous sommes des cercles
aux centres mouvants
parfois projetés sous la lumière
d’un nouveau soleil
tombé du ciel

Murmures dans l’oreillette

Il faut, si l’on veut vivre, renoncer à avoir une idée nette de quoi que ce soit. L’humanité est ainsi, il ne s’agit pas de la changer, mais de la connaître.
[Gustave Flaubert]

Point santé

Laisser à la porte
les horreurs du monde
le temps de reprendre son souffle

Tout m’attendrit

les gestes d’un vieillard, d’une petite fille, d’un père, d’un chat
les parfums de l’automne, de toutes les saisons, d’un mets du soir, d’une jeune femme
tout m’attendrit
les mots nouveaux, les mots choisis, les poésies, les images douces, les ciels à toute heure
l’oiseau, le blues, les chansons d’amour
tout m’attendrit
toi, aussi

Au jour le jour

Ciel mordoré
petit matin de belle journée

Dans l’avion qui traverse le ciel
peut-être une famille rentre chez elle

En passant

L’époque chamboule même les proverbes
Il ne s’agit plus d’être heureux parce que nous sommes cachés
c’est comme s’il fallait se cacher parce que nous sommes heureux

Gilbert Cram

Murmures dans l’oreillette

Il faut enfin guérir d’être femme. Non pas d’être née femme, mais d’avoir été élevée femme dans un univers d’homme, d’avoir vécu chaque étape et chaque acte de notre vie avec les yeux des hommes, selon les critères des hommes. Et ce n’est pas en continuant à lire les livres des hommes, à écouter ce qu’ils disent en notre nom ou pour notre bien depuis tant de siècles que nous pourrons guérir.

[Benoîte Groult in Ainsi soit-elle]