Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

A paraître

Quatre saisons, douze poèmes par saison, une mathématique du temps.
Celui qu’il fait et celui de l’instant présent comme un cadeau à partager.
J’ai écrit ce recueil assise sur les marches de la caravane,
il est comme mon ode à ce Luberon tant aimé.
Une balade avec la nature.
Ce doit être pour toutes ces raisons qu’il compte justement plus que de raison pour moi.

 

Quadrature de l'éphémère
Dans vos bacs début mars

Au comptoir (V2)

-Je vais créer une nouvelle religion qui réglera tous les conflits humains, avec un seul concept
-T’as raison, faut être ambitieux dans la vie
-Je te signale qu’aimez vous les uns les autres ça a été fait et ça marche pas terrible
-Non, j’ai trouvé mieux
-Attends, c’est la mienne. Un petit blanc pour moi. Alors dis-nous !
Mettez vous à la place les uns des autres !!!
-…
-C’est ça le concept ?
-Oui
-En fait, je vais plutôt prendre un jaune, c’est l’heure.

#memo #segarderde

La tentation du pire
La séduction de l’effondrement
La fascination du chaos

Haïku sous grog

Brume de cerveau
le temps suspend tous ses vols
le rhume par le rhum

Il n’y a de constant que le changement [Bouddha]

On ne la recommence pas, on ne la refait pas, jamais.
Même si on a l’impression.
Ce sont seulement de nouveaux départs dans la vie qui continue.
Ça reste la même.
Parfois on a le droit de remélanger  les cartes, d’en distribuer des nouvelles.
Tout change autour, dedans, de soi.
Une succession de hasards si bien sertis les uns dans les autres que, justement, cela ne ressemble plus au hasard.
Le nouveau est source de renouveau, accompagné du familier pincement de l’inconnu.
Vivre.

Ronronnage

Le chat fait des ronds
deux ou trois avant de s’installer
et le dernier avec lui-même
cerclé de sommeil

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

A paraître

Quatre saisons, douze poèmes par saison, une mathématique du temps.
Celui qu’il fait et celui de l’instant présent comme un cadeau à partager.
J’ai écrit ce recueil assise sur les marches de la caravane,
il est comme mon ode à ce Luberon tant aimé.
Une balade avec la nature.
Ce doit être pour toutes ces raisons qu’il compte justement plus que de raison pour moi.

 

Quadrature de l'éphémère
Dans vos bacs début mars

Au comptoir (V2)

-Je vais créer une nouvelle religion qui réglera tous les conflits humains, avec un seul concept
-T’as raison, faut être ambitieux dans la vie
-Je te signale qu’aimez vous les uns les autres ça a été fait et ça marche pas terrible
-Non, j’ai trouvé mieux
-Attends, c’est la mienne. Un petit blanc pour moi. Alors dis-nous !
Mettez vous à la place les uns des autres !!!
-…
-C’est ça le concept ?
-Oui
-En fait, je vais plutôt prendre un jaune, c’est l’heure.

#memo #segarderde

La tentation du pire
La séduction de l’effondrement
La fascination du chaos

Haïku sous grog

Brume de cerveau
le temps suspend tous ses vols
le rhume par le rhum

Il n’y a de constant que le changement [Bouddha]

On ne la recommence pas, on ne la refait pas, jamais.
Même si on a l’impression.
Ce sont seulement de nouveaux départs dans la vie qui continue.
Ça reste la même.
Parfois on a le droit de remélanger  les cartes, d’en distribuer des nouvelles.
Tout change autour, dedans, de soi.
Une succession de hasards si bien sertis les uns dans les autres que, justement, cela ne ressemble plus au hasard.
Le nouveau est source de renouveau, accompagné du familier pincement de l’inconnu.
Vivre.

Ronronnage

Le chat fait des ronds
deux ou trois avant de s’installer
et le dernier avec lui-même
cerclé de sommeil

Chaque écrivain a sa propre réalité de l’affaire d’écrire

A paraître

Quatre saisons, douze poèmes par saison, une mathématique du temps.
Celui qu’il fait et celui de l’instant présent comme un cadeau à partager.
J’ai écrit ce recueil assise sur les marches de la caravane,
il est comme mon ode à ce Luberon tant aimé.
Une balade avec la nature.
Ce doit être pour toutes ces raisons qu’il compte justement plus que de raison pour moi.

 

Quadrature de l'éphémère
Dans vos bacs début mars

Au comptoir (V2)

-Je vais créer une nouvelle religion qui réglera tous les conflits humains, avec un seul concept
-T’as raison, faut être ambitieux dans la vie
-Je te signale qu’aimez vous les uns les autres ça a été fait et ça marche pas terrible
-Non, j’ai trouvé mieux
-Attends, c’est la mienne. Un petit blanc pour moi. Alors dis-nous !
Mettez vous à la place les uns des autres !!!
-…
-C’est ça le concept ?
-Oui
-En fait, je vais plutôt prendre un jaune, c’est l’heure.

#memo #segarderde

La tentation du pire
La séduction de l’effondrement
La fascination du chaos

Haïku sous grog

Brume de cerveau
le temps suspend tous ses vols
le rhume par le rhum

Il n’y a de constant que le changement [Bouddha]

On ne la recommence pas, on ne la refait pas, jamais.
Même si on a l’impression.
Ce sont seulement de nouveaux départs dans la vie qui continue.
Ça reste la même.
Parfois on a le droit de remélanger  les cartes, d’en distribuer des nouvelles.
Tout change autour, dedans, de soi.
Une succession de hasards si bien sertis les uns dans les autres que, justement, cela ne ressemble plus au hasard.
Le nouveau est source de renouveau, accompagné du familier pincement de l’inconnu.
Vivre.

Ronronnage

Le chat fait des ronds
deux ou trois avant de s’installer
et le dernier avec lui-même
cerclé de sommeil