La Fleur
Se façonne en tant de figures
Arbore tant de couleurs
Que je ne saurai
D’un seul regard
Capter ses apparences
Ni d’un souffle
Respirer ses parfums

Telle la vie
En ses milliards de formes
La Fleur pullule
La Fleur m’échappe
La Fleur m’éblouit.

(Andrée Chedid in Rythmes)