je tire les comètes
par la queue
je veux écouter l’univers
écrire

je veux entendre
l’univers
sauter d’une falaise
dans le cœur du jazz

onde ondoiement ondulation
tempo tonnerre tumulte
je suis le veilleur
des tohu-bohus

je puise mes forces
dans une prière
incessante

où tous les oiseaux du temps
volent librement
là où l’on peut encore
apprivoiser la mort


où l’on peut encore
advenir
à tous ses possibles

entrer en résonance
entendez-vous
l’inouï
qui se déploie

entendez-vous
ce saut dans le chaos
remous rougeur ravage
dans le cœur du jazz

entendez-vous
le vivant
de ce qui
est

[Zéno Bianu in Bleu fauve]