Assise sur un banc de bois
sous un préau à l’abri du vent
le visage au soleil
En fermant les yeux
le sentiment d’en ouvrir d’autres